Le Classement des Crus de Saint-Emilion, unique en France !

Le Classement des Crus de Saint-Emilion, unique en France !

Unique dans le paysage viticole français, le vignoble de Saint-Emilion s’est doté d’un Classement régulièrement révisable de ses meilleurs vins.

Le classement de 2012 est le sixième classement depuis la première édition de 1955. Au terme de dix mois d’un travail minutieux, il a consacré quatre-vingt-deux propriétés dont soixante-quatre Grands Crus Classés et dix-huit Premiers Grands Crus Classés.

Vins de Saint-Emilion, une tradition de l'excellence

L’apparition du Classement des Crus de Saint-Emilion est intimement liée à l’histoire millénaire d’un vignoble en quête perpétuelle de qualité et d’innovation. C’est au siècle dernier que l’idée se cristallise. L’Appellation d’Origine Contrôlée Saint-Emilion est créée en 1936. En 1948, un contrôle de la qualité par la dégustation est mis en place pour chaque millésime et pour tous les vins qui souhaitent porter le nom de l’appellation. Quatre ans plus tard, un premier projet de classement est élaboré sous l’autorité de l’INAO et du Ministère de l’Agriculture. Le texte définitif est validé par le décret du 7 octobre 1954.

Saint-Emilion, un nouveau Classement tous les dix ans

Loin de reproduire les systèmes existants, le mode de Classement des Crus de Saint-Emilion adopté par le Syndicat Viticole de Saint-Emilion est innovant. Il repose sur le volontariat des propriétaires et distingue trois catégories applicables aux vins de l’AOC Saint-Emilion Grand Cru : Saint-Emilion Grand Cru Classé, Saint-Emilion Premier Grand Cru Classé, Saint-Emilion Premier Grand Cru Classé A. Surtout, la grande originalité de ce classement est qu’il doit être revu tous les dix ans.

Les crus de Saint-Emilion, toujours plus d'exigence

Ce classement révisable s'est rapidement révélé être un véritable atout. Il stimule l’ensemble des viticulteurs des appellations et accroit encore la notoriété des vins de Saint-Emilion dans le monde. Pour les amateurs de Crus Classés, c’est la garantie de pouvoir déguster des vins « vérité », exceptionnels en tous points. Le premier classement de 1955 consacre soixante-quinze châteaux, le second, en 1969, quatre-vingt-quatre. En 1986, le troisième classement retient soixante-quatorze propriétés, tandis que soixante-huit châteaux figurent au quatrième classement de 1996. Enfin, le dernier en date, celui de 2012, en distingue quatre-vingt-deux. Au fil des décennies, le nombre des Premiers Grands Crus Classés oscille entre onze et dix-huit. Celui des Grands Crus Classés varie entre cinquante-cinq et soixante-quatre.

Un Classement des Crus de Saint-Emilion qui évolue avec son temps

Après une première modification effectuée en 1984 pour suivre l’évolution de la réglementation des AOC, la procédure de classement est profondément revue en 2011. Ce changement fait suite aux turbulences suscitées par la publication du classement de 2006. Attaqué par certains candidats non retenus, le Tribunal Administratif suspend son homologation. Il sera rétabli quelques mois plus tard par le Conseil d’État. Cependant, l’expérience incite l’appellation à renforcer encore l’indépendance et la transparence de son classement. De nouvelles dispositions sont entérinées. Le Ministère de l’Agriculture et l’INAO président désormais à l’ensemble de l’élaboration du classement. Par ailleurs, une Commission de classement des crus classés de l’appellation Saint-Emilion Grand Cru est chargée de veiller au bon déroulement de l’ensemble de la procédure. Nommée par le Comité National Vins et Eaux de Vie, elle est constituée de sept personnalités reconnues du monde viticole et extérieures à la région de Bordeaux.

Évaluation minutieuse des propriétés de Saint-Emilion

Les candidats au classement doivent remettre un dossier très fouillé. Il comprend des documents concernant aussi bien l’assiette foncière de la propriété que sa notoriété. La politique de distribution et de communication en France et à l’étranger est aussi prise en compte, ainsi que la cotation de ses vins ou les techniques mises en œuvre dans les vignes et les chais. Pour examiner ces éléments, effectuer les contrôles sur les exploitations et procéder aux dégustations, la Commission de classement a choisi de s’appuyer sur deux organismes certificateurs reconnus. La nouvelle procédure réserve une très grande place à la dégustation. Le niveau de qualité et la constance des vins sont évalués par un jury de dégustateurs experts. Lors du classement de 2012, le jury s’est penché sur dix millésimes pour chaque candidat à la mention Grand Cru Classé et quinze millésimes pour les candidats à la mention Premier Grand Cru Classé. Cela a représenté près de mille échantillons au total, dégustés de manière totalement anonyme et rigoureuse.

La structure de la notation des crus de Saint-Emilion

En 2012, pour les candidats à la mention Grand Cru Classé, la note de dégustation comptait pour la moitié de la note finale. La notoriété entrait dans sa composition à hauteur de 20 %, l’exploitation et le terroir 20 % et la conduite de l’exploitation 10 %. Une note finale minimale de quatorze sur vingt était nécessaire pour obtenir la mention. Pour les candidats à la mention Premier Grand Cru Classé – eux-mêmes déjà, au minimum, Grands Crus Classés, la note plancher s’élevait à seize sur vingt. Pour eux, la note de dégustation représentait 30 % de la note finale, la notoriété 35 %, le terroir et l’exploitation 30 %, la conduite de l’exploitation 5 %.

Dernière mise à jour le : 25/11/2015