Déguster un vin de Saint-Emilion : la mise en bouche

Déguster un vin de Saint-Emilion : la mise en bouche

Après la vue et le nez du vin, l’étape ultime pour bien déguster est la mise en bouche.

Cette phase est riche en informations sur la grandeur d’un vin. Comme pour le nez, trois temps sont nécessaires, pour bien saisir le corps d’un vin de Saint-Emilion

Bien déguster un vin de Saint-Emilion : l’attaque

La première étape est l’attaque. Il s’agit du premier contact en bouche avec le vin. Pour commencer, il faut en prendre une petite quantité et aspirer un peu d’air pour que les arômes du vin se libèrent. Grâce à cette première sensation, vous pouvez déterminer s’il s’agit d’une attaque fine ou élégante, puissante, légère, charnue ou acide. Toute dégustation s’articule autour des saveurs élémentaires : le sucré, le salé, l’acide et l’amer. La sensation sucrée - sur le bout de la langue - est accentuée par l’alcool. L’acidité se ressent sur les côtés de la langue. Enfin l’amertume, liée aux tanins, se remarque sur la partie arrière de la langue. Un bon vin doit être équilibré. Entre l’alcool, l’acidité et les tanins, rien ne doit prédominer.

Deuxième étape : l’évolution en bouche

Si l’analyse de l’attaque sert à constater l’équilibre d’un vin, le milieu de bouche permet d’examiner sa structure et sa consistance. Votre vin évolue-t-il sur des tanins avec des textures très serrées ? Se dirige-t-il vers un nectar léger et très fluide en bouche ? En fonction des sensations ressenties, on dira d’un vin qu’il est structuré, rond, soyeux, fin ou encore léger. Au cours de l’évolution du vin en bouche, vous pourrez également percevoir avec précision l’acidité et l’astringence. L’astringence est ce qui provoque cette sensation de sécheresse, elle diminue avec le mûrissement des tanins.

La finale, une histoire de caudalie

Après l’attaque et l’évolution, la dernière étape est la finale, c’est-à-dire l’ultime sensation perçue. Lorsque l’on a une très bonne persistance en bouche, une très bonne finale, c’est le signe d’un grand vin. Cette persistance aromatique se mesure en caudalie. Une caudalie est une unité de mesure qui équivaut à une seconde. Vous pouvez commencer à compter à partir du moment où le vin est avalé, ou recraché dans le cadre d’une dégustation. Si vous atteignez un score situé entre 10 et 14 caudalies, vous êtes en présence d’un très grand vin.

Dernière mise à jour le : 21/12/2015