L'exposition des vins de Saint-Emilion - Pomerol - Fronsac à Pu'Er soutenue par le groupe Brilliant

L'exposition des vins de Saint-Emilion - Pomerol - Fronsac à Pu'Er soutenue par le groupe Brilliant

M. Jun Yang, directeur du département thé du groupe, a accepté de répondre à quelques questions sur l’exposition et les liens entre le vin et le thé.

Il existe de nombreux liens entre les vins de Saint-Emilion – Pomerol – Fronsac et les thés de Pu’Er, et l’un d’entre eux prend vie grâce au groupe Brilliant, spécialisé dans le négoce de thés prestigieux et dans l'immobilier de luxe. En effet, Mme Xiangyun Liu, présidente du groupe, est également propriétaire du Château de La Rivière à Fronsac et possède une fabrique de thé de Pu’Er. Depuis le début, le groupe Brilliant soutient le projet de l’exposition « Quand les civilisations du thé et du vin se rejoignent ». M. Jun Yang, directeur du département thé du groupe, a accepté de répondre à quelques questions sur l’exposition et les liens entre le vin et le thé.

Vous vous intéressez aux thés de Pu’Er et aux vins de Saint‐Émilion - Pomerol - Fronsac depuis de longues années. D’après vous, est-il possible d’entretenir un dialogue entre ces deux mondes ?

Les thés de Pu’Er et les vins rouges sont tous des produits de la vie, dont les caractéristiques culturelles sont remarquables. Ils sont de nature différente, bien évidemment, mais ils se rejoignent parfaitement, sur les plans historique, culturel et de spécificité. Donc il y a un vrai espace de dialogue !

A vrai dire, les thés de Pu’Er sont un symbole de la culture chinoise, tandis que le vin est également celui de la culture occidentale. Dès qu’on met ces deux produits culturels ensemble pour les comparer, on trouve tout de suite un nombre de similitudes qui sont impressionnantes, d’où un véritable dialogue culturel délicat et très agréable !

Notre Musée des thés antiques de Pu’Er, a été créé par notre groupe Bolian à Kunming, chef-lieu de la province du Yunnan. Après plus de dix ans d’efforts de Mme Liu Xiangyun, propriétaire de l’établissement, ce musée a déjà une collection de thés antiques de Pu’Er du tout dernier siècle, dont certains sont issus des maisons célèbres, telles que Fuyuanchang, Songpinhao, et d’autres contemporaines, comme l’Empreinte rouge et les Briques datés de l’époque de la révolution culturelle, etc. En face de ces « trésors à boire » et « antiquités vivantes », les visiteurs sont tous émerveillés. La dégustation attentive d’un thé de Pu’Er ou d’un vin rouge, peut vous rappeler naturellement la longue histoire des échanges culturels entre la Chine et l‘Occident, et vous montrer ensuite les charmes rayonnants de ces bonnes choses.

Pour vous, que signifie l’exposition thématique des vins de Saint-Emilion - Pomerol - Fronsac à la ville de Pu’Er, qui aura lieu au mois de décembre ?

Je suis très content de participer à cet événement, très attendu depuis longtemps, qui aura lieu dans la ville de Pu’Er. D’une part, il permettra aux peuples de nos deux pays de découvrir en direct nos produits de terroirs, et d’autre part, il apportera certainement beaucoup d’autres opportunités d’échanges culturels entre les thés de Pu’Er de Chine, et les vins de Bordeaux de France.

Bordeaux, c’est la capitale du vin, reconnue par le monde entier, où le système d’appellation d’origine a été créé. Cela a accéléré le développement du vin et diffusé la culture française sur toute la planète. De même, il a été prouvé que les thés de Pu’Er sont les premiers thés du monde, dont le terroir d’origine se trouve dans le bassin de la rivière Lancang qui traverse la province du Yunnan. Ce sont les ancêtres des Bulang vivant dans la région de montagne Jingmai, une minorité ethnique locale, qui ont commencé à faire usage du thé sauvage, avant d’élaborer et améliorer les théiers antiques. Dans de nombreux livres historiques, il y a des récits sur les thés de Pu’Er qui ont été transportés par différentes voies, telles que l’ancienne route du thé et du cheval, la route de la soie maritime et la route du thé maritime transocéaniques. Les thés de Pu’Er ont donc eu une influence importante sur le développement et la propagation de la culture chinoise. Dans le contexte actuel, la rencontre entre les thés de Pu’Er et les vins de Bordeaux signifie un véritable dialogue entre la Chine et l’Occident.

Pour les thés de Pu’Er, il y a deux catégories : « cru » et « mûr ». C’est un peu comme le vin blanc et le vin rouge pour les Bordeaux. D’habitude, les jeunes gens préfèrent la fraîcheur du thé cru et le goût fruité du vin blanc, tandis que les adultes et surtout les personnes âgées aiment mieux la tendresse et la souplesse du thé mûr et le goût moelleux du vin rouge. Qu’il s’agisse de thés de Pu’Er ou de vins, toutes ces expériences sensorielles et vivantes de la dégustation et les riches contextes historiques ont profondément pénétré l’esprit et touché le fond du cœur de nos deux peuples !

Quelles sont les valeurs communes aux thés de Pu’Er et aux vins de Saint-Emilion - Pomerol - Fronsac ?

Quand on parle de la similitude entre les thés de Pu’Er et les vins rouges, il y a certainement un élément incontournable qui est leur « valeur de collection ». Effectivement, la véritable valeur est basée non seulement sur leur « valeur de dégustation », mais aussi sur leur « valeur de marché ».

En ce qui concerne les thés de Pu’Er, leur valeur de dégustation dépend essentiellement de variétés, terroirs de culture, procédés de cueillette et d’élaboration. C’est bien ce que dit « matières pures du haut de montagne » ! Les thés de Pu’Er élaborés par notre entreprise Bolian sont parmi les meilleurs, car ils sont issus d’un domaine de thé que nous avons créé et conservé. La création de ce domaine de thé a été inspirée du concept écologique de basse émission de carbone. Ainsi, il a été construit dans le pays d’origine des théiers les plus anciens, et surtout dans une zone la plus ancienne dite « noyau » pour la production de thés de Pu’Er dans toute la Chine. Aujourd’hui, notre domaine est déjà devenu une base polyvalente de la culture de thé, en intégrant l’élaboration, le stockage, le tourisme et divers événements culturels. La création de ce domaine a donc permis d’associer parfaitement le procédé traditionnel et la technique moderne. Ainsi, une normalisation des différents processus et étapes, du champ de théier jusqu’à la tasse de thé, a été réalisée. Cela a donc assuré la « valeur de dégustation ».

De même, pour les vins français de Bordeaux, leur “valeur de dégustation” dépend du terroir, du climat, du sol, voire d’un microclimat, des conditions d’entreposage et de stockage dans les caves, etc. Et ce sont tous ces facteurs qui concourent à la qualité du vin. Notre Château de la Rivière, par exemple, occupe une des meilleures terres de la région bordelaise, mais il possède également la plus grande cave naturelle et souterraine de toute la région. Toutes ces conditions, avec le processus d’élaboration spécifique du vin, hérité de plus d’une centaine d’années, ont assuré une très haute « valeur de dégustation ».

D’autre part, les thés de Pu’Er et les vins rouges de Bordeaux sont avant tout des produits agricoles de consommation. Ils ne peuvent devenir des « trésors de collection » de grande valeur qu’après avoir été dégustés par les consommateurs et sanctionnés par le marché. Et ainsi, ils pourront circuler et continuer à vivre sur le marché. Cette présence sur le marché reflète donc le désir des consommateurs, et leur confiance durable dans la marque. En conclusion, le vrai noyau de la « valeur de marché » est sa réputation.

Par ailleurs, comme les thés de Pu’Er et les vins rouges de Bordeaux sont tous des symboles des cultures chinoise et française, leur promotion pourra contribuer au développement des relations entre nos deux pays sur les plans économique, commercial et diplomatique.

Lors de votre visite sur le terrain des différents processus de viticulture, viniculture et vieillissement dans la zone de Fronsac, avez-vous constaté un processus similaire par rapport à l’élaboration des thés de Pu’Er ?

Absolument ! En fait, les thés de Pu’Er sont bel et bien un produit agricole d’appellation d’origine contrôlée. Tout comme les vins de Bordeaux, les thés de Pu’Er doivent respecter des critères sévères de culture, cueillette, élaboration, entreposage et stockage. Pour les thés de Pu’Er, c’est d’abord leurs « excellents gènes » (originaires de théiers antiques) qui déterminent, pour l’essentiel, la qualité des thés, alors que pour les vins de Bordeaux, ce sont les terroirs qui définissent les caractéristiques intrinsèques des vins. De plus, nous portons tous une attention particulière au processus de coordination et d’assemblage pour ces deux produits. La technique de coordination des thés de Pu’Er prend en compte des différences liées à la géographie et aux matières brutes, suivant différentes saisons, alors que l’assemblage des vins rouges de Bordeaux est le fruit d’une haute technicité, permettant de faire une composition harmonieuse de différents cépages, pour assurer une qualité et un style identiques.

Quant au vieillissement, pour les thés de Pu’Er et les vins de Bordeaux, plus ils vieillissent, meilleurs ils sont. La post-fermentation leur apporte une meilleure texture. Ces deux sortes de produits agricoles ont tous besoin d’une durée et d’un environnement qui leur permettront de se transformer au fil de temps, avec des changements d’une année à une autre. Finalement, le vieillissement est un baptême temporel, qui est capable de confier aux thés et aux vins des goûts nuancés, riches et délicats !

Sur une année de culture de vignes oude théiers, quelle période préférez-vous ? Pourquoi ?

Les vignes et théiers poussent sur la durée d’une année avec quatre saisons. Ils présentent des vies et styles particuliers, différents d’une saison à une autre. En ce qui concerne les théiers, je préfère leur période de bourgeonnement au printemps, parce que, d’abord, la vie revient sur la terre à ce moment-là, et toute la nature applaudit les nouvelles vies. C’est très encourageant ! Deuxièmement, le thé printanier est pour moi la matière de thé de la meilleure qualité sur toute l’année !

En fait, chaque année, il y a des millions d’amateurs passionnés de thés qui viennent ici découvrir la terre d’origine du thé, un peu comme un pélerinage. Cette terre d’origine se trouve justement dans notre domaine de thé qui occupe une surface de plus de 600 hectares, sur laquelle il y a des montagnes couvertes de théiers antiques millénaires. En 2006, notre entreprise Bolian a créé un nouveau mode de tourisme dans les montagnes de Jingmai, qui permet aux visiteurs d’expérimenter différentes choses, parmi lesquelles il y a non seulement des travaux dans les champs de thé, à l’atelier d’élaboration, à la cérémonie de service du thé, mais aussi des visites à l’auberge de thé, au village du thé, au temple dédié au thé, ainsi que la participation à la fête des ancêtres et des maîtres du thé, afin de connaître davantage l’héritage et le développement de la culture chinoise du thé.

Par ailleurs, j’aime bien les vignes en automne, car c’est la saison unique pour la maturation des raisins. Dans le bordelais, il y a des milliers de vignobles, dans lesquels on voit partout plein de raisins. Ce sont des récoltes tellement charmantes qu’aucun visiteur ne peut y résister ! C’est la raison pour laquelle notre Château de la Rivière dispose de chambres d’hôte « boutique », et développe sans cesse des projets touristiques et surtout culturels, afin de pouvoir accueillir les visiteurs du monde entier qui ont hâte de découvrir et connaître davantage la vitiviniculture française. Se situant sur la rive droite de Bordeaux, notre Château de la Rivière est devenu un site incontournable pour le tourisme bordelais, car depuis notre château, il y a une vue panoramique splendide sur tout le vignoble et les beaux paysages des environs !

Que voulez-vous conseillerà un amateur passionné des vins de Saint-Emilion - Pomerol - Fronsac qui souhaite découvrir les thés de Pu’Er ?

Les vins de Saint-Emilion-Pomerol-Fronsac se caractérisent par leur souplesse et une fermeté en bouche. Un amateur passionné de ce style pourra commencer son expérimentation des Pu’Er par les thés crus mais déjà vieillis de quelques années (par exemple, le Zhenlan, le thé issu des théiers antiques), parce qu’après quelques années de vieillissement naturel, les thés crus gardent encore des éléments tanniques. Ils peuvent donc vous emmener à découvrir différents goûts de manière progressive et équilibrée, à partir d’un goût souple jusqu’à un goût moelleux, en passant par une fluidité agréable. De plus, les thés crus issus de la montagne Jingmai sont riches en bouquet floral d’orchidée, ce qui présente un style vraiment similaire par rapport au bouquet floral de violette dans les vins de Saint-Emilion-Pomerol-Fronsac ! Quant aux thés mûrs, je voudrais proposer une variété de la série royale de Pu’Er que nous venons de sortir récemment, classée « relâchement de la tension mentale ». C’est un thé mûr qui a été refaçonné à partir d’un thé déjà mûr, avec une technique avancée pour extraire son goût original, puis le mettre à un niveau plus élevé. Cette technique a permis d’enlever un goût d’entreposage déplaisant qui existe souvent dans les thés mûrs, et d’ajouter un parfum de jujube très agréable, ce qui donne un goût amélioré, plus souple. C’est un vrai cadeau jovial pour les débutants, que ce soient des chinois ou des étrangers !

Et vice versa, que voulez-vous conseillerà un amateur passionné des thés de Pu’Er qui souhaite découvrir les vins de Saint-Emilion - Pomerol - Fronsac ?

Tout le monde sait que la région Saint-Emilion - Pomerol - Fronsac est non seulement un lieu célèbre pour ses grands crus et sa vitiviniculture, mais aussi une région riche en héritage culturel. Les visiteurs en provenance du monde entier, que ce soient des chinois ou ceux d’autres pays, peuvent tous découvrir cette richesse culturelle dans notre Château de la Rivière.

Dégustation des thés de Pu’Er et des vins

Ayant un caractère varié, les thés de Pu’Er peuvent être à la fois très forts ou très doux. Donc les passionnés des thés de Pu’Er ont chacun chacune leur propre goût, plus ou moins différents les uns des autres. Mais en général, ils préfèrent, pour la plupart, les thés avec une texture souple, mais aussi bien structurée, tout comme les vins rouges qui ont des arrière-goûts en bouche. C’est la raison pour laquelle la plupart d’entre eux vont certainement apprécier de nombreux vins de Saint-Emilion-Pomerol-Fronsac, issus principalement de cépages merlot ! La plupart de vins rouges de notre Château de la Rivière sont précisément de cépage merlot. Nous avons toujours d’excellents millésimes à chaque année. Ainsi nous avons gagné de nombreux prix à l’international. Nous souhaitons pouvoir vous accueillir dans notre château, et tous vos commentaires seront bienvenus.

Dernière mise à jour le : 20/12/2016